Accueil > faq > courtier refus pret

Acheter à 110% avec l'aide d'un courtier en prêt immobilier

Acheter sans apport avec l'aide d'un courtier en credit
Si vous avez entamé les démarches pour trouver votre prêt et que vous vous êtes heurté à un refus de prêt, il vous reste toujours la possibilité de contacter un courtier en crédit immobilier. Même si ce dernier ne peut en rien modifier une décision bancaire, en passant par un professionnel en financement, vous augmentez vos chances de faire aboutir votre dossier.

Les raisons qui amènent votre banque à refuser de vous prêter

Avant d'entrer en contact avec un courtier, il est nécessaire que vous fassiez une brève analyse des motifs qui ont amenés la banque à refuser votre demande. Ce n'est qu'à partir de vos propres autocritiques qu'un entretien avec un professionnel du crédit sera utile. Pour cela, exigez de votre banquier qu'il vous donne tous les détails qui ont motivé la décision de son service d'analyse de risque.

Je ne dispose d'aucun capital

Dans de très nombreux cas, la raison qui a incité la banque à ne pas vous financer tient à l'absence d'apport personnel. Il faut savoir que depuis le début de la crise financière la plupart des organismes de prêt ont durci leur position et demande à l'acquéreur de disposer d'au moins 10% de l'achat plus les frais de notaire.

Trouver un courtier avec un salaire modeste

Je suis primo accédant

Le fait d'être un candidat à une première accession n'est pas un motif de refus, bien au contraire. Les banques font les yeux doux aux jeunes emprunteurs et adaptent même leurs offres pour attirer cette jeune clientèle (taux préférentiels, gratuité des frais de dossier, réductions sur l'assurance emprunteur...). De plus, elles se montrent plus tolérantes en matière d'apports dans la mesure où elles considèrent - à juste titre - qu'un jeune actif n'a pas eu le temps de mettre de l'argent de côté.

J'ai des petits revenus

Avoir des revenus modestes n'est pas un problème en soi. Ce qui est important est que ces derniers permettent :

  • D'obtenir un taux d'endettement inférieur à 33%
  • De garder un "reste à vivre" suffisant.

En tant que professionnel, le courtier en crédit immobilier peut vous aider à bâtir un plan de financement adapté à votre situation. Il saura vous dire si votre acquisition est réalisable. Si votre dossier ne peut pas aboutir, il saura vous donner les explications qui vous permettront de rebondir plus tard sur un nouveau projet.

Que faire si le financement n'est toujours pas accepté ?

Il arrive que le concours d'un professionnel en financement ne permette pas d'obtenir le crédit souhaité. Encore une fois, sachez que seul les services d'analyse de la banque ont le pouvoir de décider ou de refuser un crédit

Si malgré tous vos efforts communs, vous ne parvenez pas à faire accepter votre demande, il faudra vous faire une raison, à moins que vous estimiez que votre intermédiaire ne se soit pas montré à la hauteur. Si vous pensez que ce dernier n'a pas joué son rôle, vous pourrez toujours tenter de vous adresser à un de ses concurrents.
Aide d'un courtier pour un dossier difficile

Le statut juridique de l'intermédiaire en opérations bancaires (IOB)

La réglementation impose à l'intermédiaire en opérations bancaires qu'est le courtier en crédit de respecter les points suivants : 

  • Inscription à l'ORIAS, le registre des intermédiaires en assurance qui a été élargie aux IOB
  • Souscription à une assurance de responsabilité civile professionnelle
  • Respecter le Code Monétaire et Financier
  • Respecter la Loi Murcef qui interdit de recevoir la moindre somme tant que le prêt n'a pas été débloqué.
A lire aussi dans la FAQ
Auteur : Louis SERICOLA
L'auteur de cet article
Après une riche carrière en actuariat et analyse de risques de crédit, puis d'inspecteur d'assurance au sein de COMMERCIAL UNION devenu AVIVA, où il développe son sens de l'analyse et son esprit de synthèse, Louis SERICOLA a dirigé un important cabinet de gestion de patrimoine, précurseur de l'intermédiation en crédit dans les années 90, avant de créer en 2008 CREDITAS.
Ses études d'économiste et de gestionnaire de patrimoine lui confèrent de solides connaissances en gestion et finance ainsi qu'en droit et en fiscalité.
Cet article vous a aidé ?
Merci de le partager sur le réseau social de votre choix
Inscription à la newsletter
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus