Accueil > Focus > emprunter dossier difficile

5 conseils pour obtenir un prêt avec un dossier compliqué

Emprunter quand on présente un dossier difficile revient la plupart du temps à être confronté à un véritable parcours du combattant. Mais si certaines situations trop compromises ne permettront jamais d’obtenir de prêt immobilier, il en est d’autres qui, avec plus d’attention et quelques conseils vous permettront d’aboutir.

Obtenir des aides à l’accession

Si vous avez du mal à emprunter et que vos difficultés proviennent du fait que vous ne disposez d’aucun capital, sachez que les dispositifs d’aides à l’accession sont des éléments constitutifs de l’apport personnel

Le prêt à taux zéro

Duree d'un emprunt immobilier
Les récentes modifications apportées sur le PTZ Plus au 1er janvier 2013 permettent aux deux tranches les plus basses de bénéficier d’un différé total de remboursement. De quoi faciliter l’accession des ménages les plus modestes. 

Toutefois, le prêt à taux zéro reste limité à l’achat d’un logement neuf qui répond aux nouvelles normes thermiques 2012 (RT2012). En outre, l’aide ne peut servir qu’à l’acquisition du bien. Il n’est donc pas possible de financer les frais de notaires avec un PTZ.

Lire notre dossier complet.

Les aides locales

Certaines collectivités locales proposent une aide complémentaire au PTZ pour un premier achat d’une résidence principale. C’est le cas de certains Conseils Généraux comme le département des Hauts-de-Seine ou de certaines communes avec Paris le PPL à 0%

Eviter de présenter des comptes débiteurs

C’est un aspect du dossier qui rend très difficile la négociation avec la banque. Lorsque vous déposez votre demande, la banque analyse les relevés bancaires des trois derniers mois. 

Autant dire que si vous êtes régulièrement débiteur ou pire encore si vous avez eu des rejets de prélèvements, vous avez toutes les chances de vous voir signifier un refus catégorique.

Si tel était le cas, nous vous conseillons de retarder quelque peu votre demande et de ne présenter votre dossier que lorsque vos comptes seront apurés. Il est indispensable de présenter au moins le dernier relevé avec un solde positif.

Solder les crédits conso en cours avec un prêt familial

La crise financière incite aujourd’hui les banques à limiter les risques de crédit. Ces dernières se montrent ainsi de plus en plus exigeantes et l’endettement global fait l’objet de la plus grande attention. Le service d’analyse vérifie systématiquement le niveau du "reste à vivre". Celui-ci doit être suffisant pour faire face à toutes les dépenses de la vie courante une fois prélevée l’échéance de crédit.

Si vous avez un endettement supérieur au maximum autorisé et que la raison provient de plusieurs prêts à la consommation, tentez de solder ceux dont le capital restant dû est faible. Un prêt familial peut par exemple constituer une bonne solution car d’une part il n’impacte pas le taux d’endettement et d’autre part parce qu’il pourra être remboursé sans trop de contrainte.

Réaliser des économies avec une délégation d’assurance

Banque qui prete aux emprunteurs en difficulte
Si vous avez moins de 40 ans, pensez à comparer les tarifs de l’assurance groupe avec des compagnies externes. Il est ainsi possible de réaliser des économies importantes, notamment si vous êtes jeune et en bonne santé.

Depuis 2011, la réforme Lagarde sur l’assurance-crédit oblige les banques à accepter que l’emprunteur puisse choisir librement son contrat. Seule condition à respecter : les garanties doivent être équivalentes à celles proposées par le contrat groupe.

Notre conseil : vous pouvez conforter votre dossier en souscrivant à l'option perte d'emploi. Même si les contrats proposés par la plupart des compagnies comportent des limites de remboursement, cette garantie est particulièrement appréciée par l'organisme prêteur.

Emprunter sans CDI

Contrairement à une idée reçue, la banque peut considérer que l’emprunteur présente une situation professionnelle stable, même sans contrat à durée déterminée. La preuve en est avec les personnes qui pratiquent l’intérim depuis de nombreuses années. La banque tiendra compte de la régularité des missions effectuées au cours des années précédant la demande et considérera comme stable la situation d’un intérimaire qui a toujours confié des missions et n’est pas resté au chômage pendant de longues périodes.
Articles qui devraient vous intéresser
Auteur : Louis SERICOLA
L'auteur de cet article
Après une riche carrière en actuariat et analyse de risques de crédit, puis d'inspecteur d'assurance au sein de COMMERCIAL UNION devenu AVIVA, ou il développe son sens de l'analyse et son esprit de synthèse, Louis SERICOLA a dirigé un important cabinet de gestion de patrimoine, précurseur de l'intermédiation en crédit dans les années 90, avant de créer en 2008 CREDITAS.
Ses études d'économiste et de gestionnaire de patrimoine lui confèrent de solides connaissances en gestion et finance ainsi qu'en droit et en fiscalité.
Cet article vous a aidé ?
Merci de le partager sur le réseau social de votre choix
Inscription à la newsletter
En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus